© 2019 Tous droits réservés

NOIRBLUE
NOIRBLUE_-_photo_oficial_créditée.jpg

“Il y a la danse noire. Il y aurait la danse bleue ?

Bleue n’existait pas.

Certaines langues anciennes telles que le japonais, le grec et l’hébreu, n’avaient pas de mot pour définir cette couleur. Face à cette mutité, la couleur dans l’espace a continué. Certains scientifiques justifient cet absence de mot parce que la couleur bleue n’est pas assez présente dans la nature que d’autres couleurs, noir, blanc, rouge. Par conséquent, la couleur bleue passa inaperçue. D’autres, à cause de cette distraction linguistique, soulignent que ces sociétés n’étaient pas suffisamment développées. La couleur devient ici symbole et temporalité. Maîtriser la couleur bleue, traiter et produire à partir d’elle ou juste la voir peut être considéré comme un synonyme de progrès, de modernité et de technologie. Il y avait le mot pour cette couleur dans l’Egypte Antique, bleue existait aussi dans la civilisation Tupi-Guarani d’Amérique du Sud. Dans certains idiomes, dont la couleur bleue était imperceptible dans le passé, le mot créé pour la définir a émergé de noir.

La danse noire existe, d’ailleurs, c’est la seule à avoir une couleur.

Quels gestes émergeraient si cette même procédure étymologique serait appliquée à la construction chorégraphique? Une danse bleue qui dérive de la danse considérée noire, ces formes traditionnelles et populaires ainsi que les manifestations contemporaines liées à la population noire du monde, en Afrique et en Diaspora. Espace à la fiction et à la navigation atlantique de ces corps périphériques.

NOIRBLUE interroge présence, absence, discours et temps pour produire une danse, une danse liée à deux couleurs spécifiques: 

la couleur noire de la peau et le pigment bleu outremer.”

Ana Pi, 2017

Distribution et Partenaires

Chorégraphie, dramaturgie, costumes et objets, interprétation Ana Pi

Musique originale Jideh HIGH ELEMENTS

Lumières Jean-Marc Ségalen

Préparations pour cette danse avec Taata Mutá Imê, Samuel Mwamé, BesreKè Ahou, Ousmane Baba Sy

Production déléguée Ana Pi  &  Météores | Plateforme chorégraphique

Diffusion Art Happens

 

Durée 50 min

 

Co-productions
Théâtre de Vanves,  résidence d’accueil en studio, Centre National de la Danse,  résidence technique, Das Plateau aux Ulis , Espace culturel Boris Vian,  résidence laboratoire, ROSA ass. 1901  partenariat, Festival Circular - Vila do Conde - Portugal,   partenariat

 

Diffusion

Théâtre de Vanves // Festival Artdanthé, Vanves - 23 mars 2017Création

Circular Festival de Artes Performativas, Vila do Conde, Portugal - 29 ou 30 septembre 2017

Beursschouwburg, Bruxelles, Belgique - 1er et 2 décembre 2017

Festival Afrocyberféminismes #2 -La Gaité Lyrique, Paris - Extrait de matière - 21 mars  2018

Verbo Festival de performances à la Galeria Vermelho, Sao Paulo, Brésil, performance - 4 juillet 2018

Institut Tomie Ohtake, Sao Paulo, Brésil, performance - 28 juillet 2018

Centro Cultural Vale, São Luis do Maranhão, Brésil, performance - 1er et 3 août 2018

Les plateaux, La Briqueterie CDCN, Vitry sur Seine - 28 septembre 2018

Festival Latitudes contemporaines, Lille - 15 juin 2019

.................................................................

Photo : ©Daniel Nicolaevsky

  • Black Facebook Icon