Je m’appelle Kidows, je suis né en Corée du Sud dans une ville satellite. J’étudie d’abord la conception graphique en Corée avant de déménager à Paris pour étudier le mime et j’obtiens le diplôme d'artiste-mime en 2015. Après avoir suivi une formation de danseur contemporain au CNDC d’Angers, j’ai poursuivi ma recherche dans le cadre du master exerce au Centre Chorégraphique National de Montpellier de 2018 à 2020.

Mes créations composent une cosmogonie intime sous la forme d’un “dictionnaire des créatures fantastiques”. J’en dévoilerai bientôt le premier chapitre, un solo étrangement monstrueux nommé Funkenstein (2021). J’ouvrirai ensuite le second volet, Cutting mushrooms (2022). En parallèle, j’élabore une série de performances ponctuelles et éphémères autour d’une obsession pour les mangas.

J’ai aussi participé en tant qu'interprète aux créations de Jonathan Capdevielle (Le cabaret apocalypse) et Vincent Dupont (Cinq apparitions successives, Attraction) et j’ai suivi le projet (Trottoir) de Volmir Cordeiro en tant que regard extérieur.

Je m’imprègne de “Monstrarchéologie”, c’est-à-dire de la méthode qui consiste à excaver une forme organique constituée de transformations microscopiques inachevées et à collectionner irrationnellement des imageries underground.

En me basant sur cette méthode, j’explore la monstruosité qui surgit en déconstruisant les idées dominantes de l’inconscient collectif par la distorsion de la normativité du corps humain, de la voix et des objets quotidiens. Ces trois éléments se combinent en un triptyque extrêmement absurde.

À travers une pratique de l’improvisation et de l’exhumation intuitive, j’essaye d’extraire l’extrême absurdité qui se cache dans le prosaïque. En vagabondant entre le figuratif et l’abstrait où la monstruosité est omniprésente pour révéler des créatures étranges.

Durant cette exploration ininterrompue, l’apparition précaire de raccords et de ruptures diffuse constamment des matériaux chorégraphiques indéterminables. Ce faisant, l’inaccomplissement d’une mutation infinie fait affleurer une physicalité impalpable.

Cette méthodologie embrouillée dépeint un poème épique performatif composé de mythes personnels.

Le travail de Kidows Kim est accompagné en production déléguée par Météores.