Cutting Mushrooms

Je suis influencé par le film Tetsuo: The Iron Man qui a été réalisé par Tsukamoto Shinya en 1989.

Je m’intéresse ici à la question de la transformation radicale et terrifiante du corps car j’y trouve un potentiel infini sur l’apparition d’une créature humanoïde dans la réalité. 

À partir de cet impact charnel, je propose un solo où la performance s’entremêle à la chorégraphie. Par un processus de transformation toxique, Cutting Mushrooms fait proliférer des figures inhabituelles à travers des objets banals recelés dans mon corps comme des bactéries.

Pour cette pièce je collabore avec Hubert Crabières, artiste visuel et photographe. Ses images cherchent à capter des actions ou des situations dans un contexte fabriqué, mis en scène. Dans son travail,  le temps de la fabrication de l'image importe souvent plus que l'image elle-même. Son processus de préparation pour la réalisation de photographies imprègne cette pièce. Nous entrelaçons nos intérêts autour de l'irruption de la réalité dans la fiction à travers la production d’objets et de vêtements au statut hybride. 

En absorbant son parfum, j’incarne les étapes d’apparition d’une installation, comme le processus de métamorphose du papillon. Ma mutation laisse des traces humides, j’abandonne mes vêtements comme une chrysalide. L’espace, quant à lui, se remplit petit à petit de formes et d’objets divers transformant nos perceptions.

Une myriade de formes apparaissent graduellement pour s’installer autour de moi. Elles sont à la fois angoissantes et perturbantes, elles s’entrechoquent sous nos yeux et nous permettent d’excaver au plus profond de nos intimités.

J’intensifie mes fouilles comme révélateur de monstres.

Je compose intuitivement ma transformation avec le vomissement du saugrenu, la mauvaise utilisation d’objets, l’apparition aléatoire, la répétition irrégulière d’un motif, la perception des micro déformations du corps, des blagues sans chutes, des gémissements et la force évocatrice qui émane de la détérioration. Ces éléments sont palpables dans les traces que j’ai laissées au sol en me transformant. 

Je commence à peindre mon monde dystopique, à la fois intuitif et visionnaire. Au-delà d’un imaginaire individuel, celui-ci révèle une monstruosité évoquant les conflits à l’œuvre dans notre société.

Ma transformation est, ici, une résistance personnelle qui exprime les blessures et la frustration causées par la compromission. Je veux illuminer la colère cachée et le désespoir de cette époque, comme si je les avais capturés par le biais de la déstructuration.

Je plonge dans ce monde dystopique unique et y emmène l’accumulation de ma rancoeur pour créer une route surnaturelle qui dépasse une réalité bouleversante.

 

Distribution

Conception, chorégraphie et performance Kidows Kim

Collaboration artistique  Hubert Crabière

Création lumière, régie en cours

Regard extérieur en cours

Production déléguée MÉTÉORES

Partenaires et diffusion : en cours

.................................................................

Image: ©Hubert Crabière

© 2020 Tous droits réservés

  • Black Facebook Icon